DES ECONOMIES D’ENERGIE «POUR DE VRAI»

Inscrivez-vous ou renseignez-vous : cnl.landes@orange.fr

Ce projet est innovant parce qu’il permet d’améliorer sensiblement le pouvoir d’achat des ménages (jusqu’à 1 000 Euros d’économie dès la première année, voire plus) en consommant moins sans pour autant se restreindre.

Il est surtout innovant car il met l’accent sur autre chose que le renforcement de l’isolation thermique des bâtiments et les dispositifs de chauffage associés comme nous avons été habitués à l’entendre jusqu’ici. Sa pertinence sera particulièrement mise en exergue dès la mise en application de la norme RT2020.
Cette pertinence  tient aussi au fait que notre structure est totalement indépendante des producteurs d’énergie et c’est pourquoi il répond à une réelle attente des consommateurs qui ont parfois le sentiment de se faire un peu abuser par leurs fournisseurs d’énergie.

Découvrez-le dans la galerie d’images ci-dessous :

Cette méthode est originale, car elle consiste à mettre en place des moyens simples et peu onéreux de suivi en temps réel des dépenses énergétiques (notamment un capteur communicant peu onéreux, en lien avec une plateforme internet et/ou une application pour smart-phone).

 


Il faut agir rapidement sur les nombreuses causes de surconsommations aujourd’hui encore trop mal connues de la plupart des consommateurs, c’est également un des aspects innovants du projet car il élargit le spectre d’investigation conduisant à terme à réaliser de très grosses économies d’énergie.
Doit-on forcément commencer par engager des sommes importantes dans de nouveaux moyens de production à base d’EnR, ou plutôt consacrer en priorité des budgets à réduire de manière très significative la consommation énergétique des ménages et du tertiaire?
N’y a-t-il pas un bon ordre des choses à respecter ?
Là est la vraie question à laquelle nous nous sommes efforcés de répondre.

 

 


Diviser par 2 sa consommation d’énergie revient à diviser par 2 
- l’empreinte carbone qui en résulte
- la surface des panneaux photovoltaïques qu’il faudrait installer
- la surface de toiture ou de terrain occupée par lesdits panneaux
- le montant de l’investissement en EnR
- le besoin en terres rares qui sont associées aux EnR
- le volume des déchets à recycler en fin de vie, ainsi que l’empreinte carbone qui en résulte.

 


De nouveaux systèmes de production d’énergie et de stockage individuels arrivent sur le marché dans les 5 prochaines années, il s’agit là d’une véritable révolution technique, technologique et industrielle qui se profile.
Une veille technique et technologique active s’impose donc dès à présent et ce, avant tout nouvel investissement dans la production et le stockage des énergies renouvelables.

Comment développer notre projet à une échelle plus large ?
Nous aurions besoin de mettre en place des outils de formation validante avec possibilité de création d’emplois pour les personnes formées : La démarche sur les économies d’énergie et tout particulièrement la nature de nos interventions ne correspond à aucune autre formation spécifique connue à ce jour, mais à plusieurs formations existantes dont les métiers sont déconnectés les uns des autres sur le terrain.
Cela nous a fait prendre conscience qu’une formation spécifique devait s’imposer dès demain, et que de nouveaux métiers valorisants pourraient ainsi voir le jour. Pour l’instant, c’est notre réseau associatif qui se charge d’assurer bénévolement cette formation de niveau CAP ou BEP, et nous en voyons les limites.
Notre projet s’est mis en place progressivement dans les Landes via le département économies d’énergie de notre association CNL40. Cependant nous sommes confrontés aux limites du bénévolat.
Il devient à présent nécessaire d’amorcer la formation de futurs intervenants sous contrôle de notre association. Par la suite les personnes formées pourraient s’autofinancer par une contribution des bénéficiaires. Les foyers les plus précaires continueront à recevoir la prestation en adhérant à l’association CNL40, tandis que les plus aisés pourraient participer financièrement à la rémunération des intervenants en proportion des économies d’énergie réalisées par exemple.
Profitant de l’ancrage organisationnel de la Confédération Nationale du Logement, la CNL 40 compte bien étendre ce concept innovant à tout le département des Landes, voire à la Région Nouvelle Aquitaine et pourquoi pas à l’échelon national ?
Inscrivez-vous ou renseignez-vous : cnl.landes@orange.fr

et http://www.smca-ecoenergie.fr/

exemple de décroissance énergétique - économie d'énergie